IRL

Comment les jeux vidéos m’ont aidée à guérir ?

Ça fait plus d’un an que je suis partie sur une île où il y a tous les jours du soleil. Cette chaleur ne vaut rien comparée à la chaleur que tu as pu me donner, je pense tous les jours aux gentils mots que tu as pu m’écrire et aux regards que tu as pu me lancer derrière ton écran d’ordinateur. Je me suis toujours demandée si je t’aimais plus que tu m’aimes.

Aujourd’hui, je te laisse quelques souvenirs de moi, ils ne sont pas virtuels et tout ce que j’ai pu faire et dire devant ma caméra était réel. Ça va faire 3 ans que tu me connais et on s’est beaucoup attachés… Je ne t’ai pas quitté, peut-être qu’un jour je reviendrais, pour que tu me regardes, encore et encore, et pour que je puisse te lire encore et encore.

Tu n’es pas un simple chiffre rouge sur mon compteur de vues, tu as toujours été plus important que ça. On était tellement bien ensemble malgré les océans qui nous séparaient. Mais à présent ce n’est plus moi qui vais te lire, on va inverser les rôles jusqu’à ce que je revienne. Les gens qui s’aiment se retrouvent toujours même avec la distance, le temps et les
obstacles.

Avant de m’enfuir comme une voleuse je voulais te remercier pour tout ce que tu as fait pour moi. Toutes ces choses que tu ne sais pas…Je vais te partager un petit bout de ma vie pour que tu comprennes maintenant pourquoi je streamais de cette manière.

2012 :

Les choses étaient très compliquées pour moi à cette époque. J’avais déjà eu une période très noire et sombre mais je pense que celle-là m’a réellement marquée. Je n’allais plus au lycée, je restais chez mes parents. J’avais perdu pied, j’avais peut-être compris trop tôt certaines choses et je n’étais pas prête. Je me suis dit que je ne pouvais plus vivre comme ça. Je suis ressortie de tout ça avec l’incompréhension de mes proches, des remarques et de la haine.

J’étais déjà au fond du gouffre à supporter tout ce qui m’arrivait, mais plus le temps passait et plus on me poussait à refaire la même bêtise. C’était comme me briser en mille morceaux et piétiner les restes. Il fallait faire de ces morceaux de la poussière pour que je puisse me remodeler et me reconstruire.

C’était l’année de mon bac, j’étais un zombie sans expression. Je n’avais plus la force de faire quoi que ce soit, plus la force de rire et de savoir quelle heure il était. Le temps ne me servait plus à rien, si ce n’est me tuer. J’ai arrêté de regarder l’heure pendant plusieurs jours.

Je laissais mes volets fermés, je ne savais plus s’il faisait jour ou nuit. Ça m’a aidée à me sentir mieux. J’étais malade… Mon frère a demandé de l’aide à une de ses connaissances pour m’aider à m’en sortir. Il répétait sans cesse que j’étais malade et que j’avais besoin de quelqu’un qui m’aiderait.

C’était une grande responsabilité pour cette personne. Alors j’ai rencontré cet inconnu, il a tout tenté pour me faire parler. Je n’y arrivais pas, on se voyait régulièrement et il essayait de me faire sortir, il m’invitait à goûter en ville. Le courant ne passait pas…

Pourtant quand il me regardait dans les yeux je voyais à quel point il était plein  de compassion et qu’il souffrait en me regardant même si lui ne me connaissait pas.

Mais à ce que j’ai compris, quand il me regardait c’était comme s’il voyait son propre reflet quelques années en arrière.
Un jour, il a insisté pour me voir et il m’a dit « Ton frère m’a dit que tu étais une geek, tu aimes les jeux vidéo ». Sur le coup j’ai trouvé ça cool, il avait brisé la glace ! Il habitait chez sa mère et un jour, il m’a invitée à venir jouer chez lui car son beau père était accro à World of Warcraft.

J’ai mangé avec sa famille, il m’a montré un jeu, TERA, du style MMORPG coréen, le premier auquel je jouais. Nous sommes partis chez moi et on a installé le jeu sur mon PC pour que je puisse jouer avec lui lorsque nous n’étions pas ensemble. J’y ai passé du temps sur ce jeu, j’ai rencontré des gens avec qui parler et on se retrouvait en vocal sur Skype. Je commençais à guérir.

Mais nous étions déjà fin avril quand j’ai commencé à retourner au
lycée… Mon bac était en juin. Depuis octobre je n’avais rien suivi des cours.

J’allais de temps en temps en cours mais ce n’était pas régulier. J’étais sérieuse sur mes stages en entreprise et mes cours de sport le mardi. C’était le seul moment où on me voyait.

Je me cachais le plus que je pouvais, ou sinon je faisais semblant de sourire pour que personne ne puisse lire en moi et savoir que j’étais dans la plus grande des détresses. Je ne voulais absolument pas que quelqu’un arrive à lire en moi.

Je me sentais seule et je pensais à Erathiss, je me demandais à quoi il pouvait jouer en ce moment. Ça faisait déjà 4 nuits (si je peux appeler ça des nuits…) que je rêvais de lui.

Quelques jours plus tard la fille avec qui nous sommes allés boire un verre chez lui est venue me voir en me disant qu’il lui avait envoyer un message pour prendre de mes nouvelles, en lui disant qu’il m’aimait toujours, ça faisait 4 mois que j’avais arrêté de lui donner de nouvelles, le silence radio total pour lui. Il devait penser à moi si fort qu’il hantait mes rêves. Ma mère
avait toujours son numéro de téléphone, alors une semaine plus tard, j’ai passé le cap et je lui ai redonné de mes nouvelles.

De mon côté j’allais beaucoup mieux grâce à mon jeu qui m’a
permis de me changer les idées et me re-sociabiliser, reprendre contact avec les gens.

Nous avons discuté plusieurs jours par SMS puis on a décidé de se revoir, j’étais avec des amis à moi, nous avons passé la soirée ensemble, comme si rien ne s’était passé.

Une étude indique qu’une personne dépressive peut très facilement se re-sociabiliser en très
peu de temps grâce aux jeux vidéo en ligne.

Il y’a même plusieurs jeux qui aident à combattre la dépression comme le célèbre jeu Sparx, développé par des chercheurs en Nouvelle Zelande, un RPG qui a pour but de positiver la pensée des joueurs en fonction des quêtes et de leur situation, le but du jeu étant de guérir. Sur plus de 168 jeunes, 44% ont été guéris de la dépression.

Après cette période noire, Erathiss et moi nous sommes remis ensembles. Et quelques semaines plus tard il m’a offert un très beau cadeau : un PC gamer de qualité, sur lequel je pouvais faire tourner tous les nouveaux jeux en très bonne qualité ! C’était vraiment génial !!!

On a commencé à beaucoup jouer ensemble, et ensuite déménager dans un autre appartement. Le lycée s’était terminé, j’avais eu mon bac. Je cherchais du travail et impossible de trouver quelque chose, je passais presque chaque semaine à la mission locale de ma ville ou au Pôle emploi pour que l’on m’aide à avoir une alternance ou un petit boulot. À l’époque je voulais travailler dans le Web, mais ça a été très compliqué de trouver quelque chose.

J’ai passé beaucoup de temps à ne rien faire… Je commençais à déprimer et ce n’était vraiment pas bon pour une personne comme moi de passer toute la journée à la maison sans aucun but ni aucune activité. Je commençais à retrouver ce sentiment d’inutilité, j’avais l’impression de ne servir à rien et d’être incapable de faire quoi que ce soit.

J’ai commencé à replonger dans une légère dépression, rien de bien fou, mais c’était désagréable, Erathiss n’était pas là de la journée et je ne savais plus comment gérer mes émotions quand j’étais seule. J’essayais de jouer après avoir envoyé mes CV et lettres de motivation le matin, je
cherchais du travail là où il n’y en avait pas, mais ce n’était pas vraiment de ma faute.

Erathiss et mes conseillers faisaient vraiment tout pour que j’arrive à trouver quelque chose. La journée je m’ennuyais, je commençais un peu à me lasser de jouer, je ne savais plus quoi faire

J’ai donc créé une page Facebook pour réunir des filles gameuses et me faire des copines. Puis un jour, il y a une personne qui est venue me parler me demandant de partager sa chaîne Twitch sur ma page. Je l’ai donc fait, mais je n’avais aucune idée de ce qu’était Twitch.

C’était il y a environ 3 ans tout ça ! J’ai ensuite démarré ma chaîne en 2014.

Twitch est la plateforme de streaming de jeux vidéo la plus connue, anciennement Justin.Tv pour rendre « nostalgeek » les plus anciens, puis racheté par Amazon en 2014.

La création d’un compte génère automatiquement une chaîne sur laquelle n’importe qui peut lancer une diffusion en direct, le petit plus, c’est la chatbox qui permet aux personnes qui visionnent le live d’interagir avec le diffuseur ! Beaucoup de réseaux sociaux ont repris ce concept, comme Facebook, Instagram, Periscope et j’en passe, ainsi que la plateforme la plus
connue de contenu vidéo : YouTube, qui a commencé en 2011, la même année où Justin.Tv est devenu Twitch.

On parle beaucoup des jeunes qui tombent dans des dépressions à cause d’internet, mais jamais de ceux qui se sont relevés grâce à lui. Enjoy Phoenix a également été sauvée de la dépression grâce au lancement de sa chaîne YouTube, et vous savez tous ce qu’elle est devenue : la femme française avec le plus d’abonnés sur YouTube.

Ce que l’on m’a fait subir, je ne le souhaite pas à mon pire ennemi, ne devenons pas ce genre de personnes, mais trouvons-nous une activité qui nous fasse du bien pour nous en sortir. La clé est d’être bien entourée avec des personnes qui ont les solutions, les mots, et les actes pour
nous. Dès que je lançais le live, c’est tous mes problèmes que je mettais de côté pour m’amuser !

Plus aucun souci dans la tête jusqu’à ce que je coupe !
Je remercie cette « inconnue » et Erathiss de m’avoir mise dans cette voie.
Twitch m’a réellement aidée, TU m’as sauvéée !

Merci.

8 commentaires

Répondre à Amraelle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *